BUENOS AIRES, 27 novembre (Xinhua) — Le président argentin Alberto Fernandez a estimé vendredi que le fait de disposer d’un vaccin contre le nouveau coronavirus permettrait au pays d’être mieux armé pour lutter contre une deuxième vague d’infections.

L’Argentine pourrait faire face à cette deuxième vague, a-t-il prévenu, mais elle devrait alors avoir « l’avantage » de pouvoir compter sur un vaccin.

« Cela nous permettra de faire face à cette deuxième vague mieux armés et avec 25% de la population vaccinée », a déclaré le président aux médias locaux.

Entre janvier et février prochains, l’Argentine s’attend à avoir les doses nécessaires pour vacciner dix millions de personnes, d’abord « les personnels de santé, le personnel de sécurité, les enseignants, tous ceux de plus de 65 ans et ceux entre 18 et 64 ans atteints d’une maladie courante », a déclaré M. Fernandez.

Son administration mène des négociations avec les développeurs de vaccins dans différents pays, a-t-il déclaré.

Le pays sud-américain a enregistré son premier cas d’infection au nouveau coronavirus le 3 mars et enregistré 1.399.431 cas et 37.941 décès en date de jeudi.

Aps