WASHINGTON, 29 octobre (Xinhua) — Le secrétaire adjoint américain à la Santé, Brett Giroir, a mis en garde mercredi contre les « mesures draconiennes » que devraient avoir à prendre les autorités locales si le grand public ne prenait pas les précautions sanitaires au sérieux.

Dans un entretien à la chaîne NBC, il a estimé que les Etats-Unis se trouvaient à un « moment critique » dans leur réponse à l’épidémie de nouveau coronavirus, ajoutant que l’on peut « encore contrôler le virus » en respectant la distanciation sociale, en portant un masque et en étant prudent lors de petits rassemblements en intérieur.

Si les Américains ne respectent pas ces mesures, a averti M. Giroir, « cela pourrait obliger les responsables locaux dans les Etats à prendre des mesures plus draconiennes, car les cas vont augmenter si on ne change rien ».

Il a par ailleurs réfuté les affirmations répétées du président Donald Trump selon lesquelles l’augmentation des tests de dépistage étaient à l’origine de la hausse des cas, mais qu’il s’agissait plutôt d’infections généralisées. Il a de nouveau appelé le pays à renforcer sa capacité à effectuer davantage de tests.

Les Etats-Unis ont enregistré en moyenne plus de 71.000 cas d’infection quotidiens au cours de la semaine dernière, ce qui porte leur total national à plus de 8,8 millions, selon les données du Centre pour la science et l’ingénierie des systèmes (CSSE) de l’Université Johns Hopkins.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a appelé lundi à faire des efforts pour « arrêter la politisation du COVID-19 ».

« Là où il y a eu une division politique au niveau national, là où il y a eu un manque de respect flagrant pour la science et les professionnels de santé, la confusion s’est répandue et les décès ont augmenté », a-t-il déploré.