Plusieurs villes françaises, notamment les cités balnéaires qui accueillent un nombre important de vacanciers, multiplient des arrêtés rendant obligatoire le port du masque en extérieur dans des « axes fortement fréquentés », ou interdisant l’accès à plage, jardins et parcs le soir. C’est le cas aux Sables-d’Olonne, une commune du département de la Vendée (ouest de France) qui a annoncé l’interdiction de ses plages pendant les marées hautes.

« On n’est plus en mesure, quand la marée est haute sur la grande plage urbaine, de pouvoir garantir les distances de précaution sanitaire « , a récemment expliqué sur Franceinfo Yannick Moreau, maire des Sables-d’Olonne.

Quelques jours plus tôt c’était le maire de Quiberon, une commune en région Bretagne qui a imposé le port du masque sur deux axes fréquentés et ensuite l’interdiction de l’accès à ses plages, jardins et parcs en soirée et dans la nuit.

« Le maire de Quiberon a pris un arrêté interdisant l’ouverture des plages, des parcs et des jardins publics de 21h00 à 07h00 », indique un communiqué de la préfecture de Morbihan. Selon le document, cette décision fait suite à la découverte de 54 cas de COVID-19 à Quiberon, « constituant un cluster sanitaire à risque de fort potentiel de transmission ».

La commune avait déjà rendu obligatoire le port du masque sur les marchés « plein air et sur les axes très fortement fréquentés par la population ». Outre le département du Morbihan, plusieurs communes des départements d’Ile et vilaine et des Côtes-D’armor ont également rendu obligatoire le port de masque en extérieur dans des zones d’affluence.

Ce vendredi 31 juillet, la préfecture du Nord a annoncé le port obligatoire de masque à partir du 3 août dans la métropole de Lille, notamment dans des zones à forte affluence comme les espaces verts, les zones piétonnes et les galeries commerciales. Cette décision est motivée, selon les autorités lilloises, par l’accélération de la propagation de l’épidémie dans la métropole.

La propagation du virus s’accélère, notamment chez les jeunes adultes, selon les autorités sanitaires françaises. Dans son bilan épidémiologique publié le jeudi 30 juillet, Santé publique France a constaté à la fois une hausse du nombre de clusters, du taux d’indice et du nombre d’hospitalisations dans la semaine du 20 au 26 juillet.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué ce vendredi sur son compte Twitter que désormais les préfets pourraient étandre par arrêté l’obligation de port de masque aux lieux publics ouverts pour limiter la circulation du COVID-19. La décision pourra « être prise localement en fonction de l’évolution de l’épidémie dans chaque territoire », a-t-il précisé. Fin