BRUXELLES, 15 juillet (Xinhua) — Les Etats européens ne doivent pas baisser la garde car une seconde vague de la pandémie de coronavirus pourrait frapper le continent après l’été, coïncidant peut-être avec la grippe saisonnière, ont prévenu mercredi des responsables européens.

Le vice-président de la Commission européenne, chargé de la Promotion du mode de vie européen, Margaritis Schinas, et la Commissaire européenne à la Santé et à la sécurité alimentaire, Stella Kyriakides, ont reconnu que la réponse de l’UE à la première vague n’avait pas été coordonnée, mais ont insisté sur le fait que des leçons avaient été tirées et qu’ils demandaient maintenant aux Etats membres de se préparer à une nouvelle épidémie.

« Nous en savons désormais davantage sur le virus et son impact, mais nous ne savons pas encore tout. Notre devoir est de rester vigilants et prophylactiques », a déclaré M. Schinas en dévoilant le plan de la Commission européenne pour contrer d’éventuelles nouvelles épidémies de COVID-19.

« Le virus est toujours présent et continue de se propager dans plusieurs régions du monde. Au sein de l’UE, il y a quelques foyers bien identifiés, où des mesures sont déployées pour s’assurer qu’ils restent sous contrôle », a déclaré M. Schinas.

Le nombre de nouveaux cas étant déjà en augmentation dans certaines régions d’Europe, les responsables de la Commission ont annoncé une série de mesures visant à préparer les hôpitaux et à définir la politique de santé publique pour la fin de l’été.

« Nous cherchons aujourd’hui à réduire les risques liés à la coexistence du COVID-19 avec la grippe saisonnière, dès l’automne prochain. Ce sera la première fois que ces deux cycles coïncideront », a déclaré M. Schinas.

Il a ajouté que le plan définit les mesures qui doivent être prises pour éviter des confinements généralisés en cas de deuxième vague.

« Le COVID-19 est toujours parmi nous. Nous revenons de loin et nous en sommes conscients. Mais personne ne peut prédire ce qui va se passer dans les semaines et les mois à venir. La préparation sera la clé, surtout avant les mois d’automne et d’hiver », a ajouté Mme Kyriakides.

Appelant à davantage de tests et de recherches des contacts, la commissaire a déclaré qu’il était également nécessaire d’améliorer la surveillance de la santé publique, les capacités sanitaires afin de garantir que les équipements de protection individuelle soient facilement disponibles.

« Nous devons non seulement endiguer, mais aussi prévenir », a-t-elle déclaré.